Meurs la faim – Anne Colmerauer

Image

Résumé: Une enfance blanche comme le vide. L’angoisse au ventre, Maud a un refuge, la nourriture. A l’envie, a l’excès, à la folie, à la mort. La faim peut surgir n’importe où, n’importe quand. Au détour d’une rue, derrière un platane, à la cantine. A chaque fois c’est pareil. Le goudron se boursoufle, la vision se fluide. Brusquement, elle apparaît, rouge et rugissante. Une plongée décrite avec un réalisme et une violence inouïs, où les mots frappent.

Mon avis: Un livre qui se lit très rapidement. Les chapitres sont courts, mais les mots sont durs. On se rend compte de comment la nourriture peut devenir une dépendance chez certaine personne, ce qui est quelque chose d’assez tabou, je trouve…

Citation: « En face de la glace, les bras retombent, la créature qui pleure a découvert à quel point on pouvait ne plus s’aimer. » ; « Dans l’abîme des Si, plongent, sans masque ni tuba, les désespérés, les malheureux, et les grosses filles, comme moi.« 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s