Lettre à mon ravisseur – Lucy Christopher

Image

 

Résumé: Ca s’est passé comme ça. J’ai été volée dans un aéroport. Enlevée à tout ce que je connaissais, tout ce qui était ma vie. Parachutée dans le sable et la chaleur. Tu me voulais pour longtemps. Et tu voulais que je t’aime. Ceci est mon histoire. Une histoire de survie. Une lettre de nulle part.

Mon avis: Lettre à mon ravisseur, c’est l’histoire de Gemma, jeune fille de 16 ans qui s’est fait kidnapper dans un aéroport, puis emmené dans le désert. C’est toute ses pensées, tout ses ressentis… 

Alors comment dire… Et bien, ce livre est pour moi un vrai coup de coeur. Les deux personnages principaux sont tous les deux très attachants (et oui, même le ravisseur !), et l’histoire passionnante. Moi qui avait peur de tomber dans quelque chose de policier ou de ce genre, ce n’est pas du tout le cas. On suit donc les pensées de Gemma, qui apprend à connaître le désert et Ty, son ravisseur… Elle apprend à vivre autrement. 

Le style d’écriture est magnifique, facile à lire… Sans prise de tête. Tout au long de cette lettre, nous apprenons, avec Gemma, à connaître ce ravisseur, et à l’apprécier. Le fait que Gemma, tout au long de sa lettre, le tutoie le rend moins effrayant. L’histoire n’est pas longue et ennuyeuse, il se passe toujours quelque chose, ce qui rend livre encore mieux. Les dernières pages se lisent encore plus rapidement, car c’est là que l’on saura ce qui se passera pour Gem et Ty, mais aussi parce que l’on comprend d’où vient la lettre, et que les sentiments y sont plus détaillés. 

Je le redis, ce livre est pour moi un coup de coeur. J’ai vraiment été agréablement surprise, et je vous le recommande fortement.

Publicités

Glitch T1 – Heather Anastasiu

Image

 

Résumé: Zoe vit dans un monde où les mots douleurs et guerre n’existent plus. Comme à l’ensemble des membres de la Communauté, on lui a implanté une puce qui la protège de toutes les émotions qui ont menés l’Ancien Monde à sa perte. Jusqu’à ce que cette puce se mette à… Glitcher.
La jeune fille est bientôt submergée par d’étranges pensées et sentiments: les siens. Rien de plus dangereux dans une société où le moindre dysfonctionnement est passible de mort ! Mais Zoe possède un autre secret qu’elle doit cacher à tout prix: ses glitches ont fait naître en elle un incontrôlable pouvoir de télékinésie.
Tandis qu’elle lutte pour apprivoiser ce don dévastateur, Zoe rencontre d’autres Glitchers. Ensemble, ils vont planifier leur fuite. Mais plus Zoe s’éveille à la beauté, à la joie, et surtout à l’amour, plus elle aura à perdre en cas d’échec… 

Mon avis:  Ce livre est principalement un livre d’action. Il n’y a pas un chapitre sans qu’il se passe quelque chose de nouveau, quelque chose d’intriguant qui nous pousse à lire la suite. Au final, on ne s’ennuie pas, et l’on ne décroche pas non plus. Nous sommes ici dans une société dystopique ou chaque erreur de conduite est impardonnable. Nous sommes dans un univers angoissant, plein de rebondissements. Les personnages cachent tous très bien leur jeu, si bien qu’on en arrive à ne faire confiance qu’à Zoe, parce que nous suivons ses pensées. 

Zoe est une héroïne naïve, puisqu’elle découvre quelque chose qui est banal pour nous, mais extraordinaire pour elle. Elle se découvre un esprit libre, une âme, et rencontre l’amitié, l’amour, la haine, la vengeance, le bonheur et beaucoup d’autres sentiments. C’est malgré tout une fille très courageuse et très attachante, ce qui, encore une fois, nous pousse à finir le livre afin de voir si elle s’en sortira.
Ce premier tome est une première guerre, une guerre pour l’indépendance de quelques personnes pleines de volonté pour revenir à un monde ou l’homme est libre, pour libérer chaque être humain de cet esclavage, pour être heureux. « Ils se sont accaparé ce qu’il y a de plus précieux. L’esprit humain. » Zoe va tout au long du livre comprendre que cette société n’est que mensonge. Afin de s’échapper de ce monde ou tout est contrôlé, elle va adopter un comportement « normal », calqué sur les autres « Sujets ».
Bien évidemment, Glitch, c’est aussi une histoire d’amour ! Zoel va être aidé par une personne qui va totalement la déboussoler, quitte à se faire « désactiver »…
Ce livre est un plaisir à lire grâce à son rythme rapide et son vocabulaire relativement simple. L’auteur ne perd pas de temps sur des passages peu important, et on l’en remercie ! Le livre n’est pas facile à lâcher, particulièrement sur les cent dernières pages où se passent des événements que l’on n’attendait pas, et qui sont décisifs pour la fin de ce premier tome.

Je n’ai qu’une chose à dire après cette lecture: « Vivement le tome 2 ! »

 

Citations: « Nous sommes les descendants de ceux qui ont assistés au pire de ce que peuvent produire les émotions humaine. » ; « Ils se sont accaparés de ce qu’il y a de plus précieux. L’esprit humain. » ; « L’eau qui coule de mes yeux a fini par sécher, comme si toute la douleur avait durci et formé un cailloux au creux de moi, un caillou qui me déchire le ventre.« 

Sept jours pour une éternité – Marc Levy, Espé, Corbeyran

Image

Résumé: « Elle a la force des anges… Il a le charme du diable…
Pour mettre un terme à leur éternelle rivalité, Dieu et Lucifer se sont lancés un défi… Ils envoient en mission leurs deux meilleurs agents… Lucas et Zofia auront sept jours sur Terre pour faire triompher leur camp, décidant ainsi qui du bien ou du mal gouvernera les hommes…
En organisant ce pari absurde, Dieu et Lucifer avaient tout prévu, sauf une chose… Que l’ange et le démon se rencontreraient… »

Mon avis: Tout d’abord, je tiens à précisé que je n’avais pas lu le livre. Je suis tombé dessus dans le market de mon camping, et j’ai beaucoup hésité à l’acheter. J’ai vraiment eu peur d’être déçue, mais en même temps je voulais voir ce que ça donnait, du Levy en BD… De plus, je trouvais les dessins magnifiques. Donc je l’ai acheté… Sans regrets ! Déjà, je ne change pas d’avis pour les dessins, ils sont incroyables (il est vrai que je lis très très peu de BD et que je ne m’y connais pas grand choses… Mais je les adore !). Bref, l’histoire est tout simplement géniale, les personnages sont attachants… C’est au final un coup de coeur. Je rentrerai donc chez moi avec un très bel album, pas si cher que ça finalement ! 😉 
Après cette BD, je pense que je ne tarderai pas à lire le livre et à essayer de me réconcilier avec le style de Levy par la même occasion ! 😉

 

Toi et moi à jamais – Ann Brashares

Image

Résumé: Riley, Alice et Paul. Les deux soeurs et l’ami d’enfance. Voici l’été de leurs retrouvailles. La côte  Est des Etats-Unis, les maisons de vacances, les plages de l’île qu’on connaît par coeur. Et pourtant tout à changé. Ils ont vingt ans. L’amitié se trouble. Entre Alice et Paul, une attirance nouvelle s’installe. C’est alors que la tragédie frappe et vient changer le cours du destin…

Mon avis: « Toi  et moi à jamais », c’est l’histoire de deux soeurs, Alice et Riley, mais aussi de Paul, l’ami d’enfance. L’ami qui va se découvrir des sentiments un peu plus fort que ce qu’il pensait envers Alice… Mais ces deux là ont du mal à assumer leurs sentiments mais vont malgré tout vivre une histoire d’amour quelque peu compliqué… Jusqu’à ce qu’un drame surgisse. Là, les choses vont prendre une autre tournure…

Avec la 4eme de couverture, on s’attend à une histoire d’amour entre Paul et Alice. Mais on ne sait pas comment ? Depuis quand ? Comment ça va se passer ? … Et c’est ça qui nous emballe. On trouve aussi dans ce livre une histoire d’amitié incroyable entre Paul et Riley.

Deux soeurs au caractère bien différents et un ami d’enfance qui, malgré tout leurs efforts et leurs promesses de jeunesse, ont beaucoup grandis et changés.

Une histoire d’amour, d’amitié, de famille… Un drame, une écriture légère et magnifique… Des ressentis exceptionnels…  Tout ce qu’il me fallait pour un coup de coeur ! 🙂

Citations: « En fait, elle n’avait jamais cessé de l’attendre. » ; « On préfère toujours ce que l’on connaît. » ; « Il se mettait en colère après elle pour des tats de raisons, alors qu’en réalité il ne lui reprochait qu’une seule chose: de lui avoir volé son coeur et de refuser de lui rendre. » ; « C’était un plaisir proche de la douleur, une sensation si intense qu’elle allait de l’agonie au bonheur suprême. » ; « Le plus frustrant avec les histoires d’amour, c’est qu’on ne peut pas les écrire tout seul. » ; « Il avait toujours su que, quand il laisserait enfin éclater son amour, ce serait avec la violence d’un volcan, détruisant tout sur son passage: l’amitié, la complicité, la tendresse. » ; « C’était un peu triste, comme ambition, de vouloir se fondre dans la masse plutôt que de se distinguer. » ;  » Malgré les dégâts en profondeur, les apparences avaient si peu changé. » ; « Sa colère s’était envolée, ne laissant derrière elle qu’un sentiment de honte. » ; « On pouvait décider de se fermer pour se protéger, mais dès qu’on s’ouvraient aux émotions, il n’y avait plus moyen de faire le tri. C’était le problème, quand on les laissait entrer, elles mettaient une belle pagaille. » ; « Les difficultés vous rendaient plus fortes, mais visiblement pas plus heureux.« 

Mémoire d’une nuit d’orage – Nancy Pickard

Image

Résumé: « Par une nuit d’orage, le destin d’une petite fille et de deux familles vole en éclats. Vingt-trois ans plus tard, les fantômes et les secrets du passé resurgissent…

Jody est sous le choc lorsqu’elle apprend que l’homme accusé du meurtre de ses parents est sorti de prison et revient en ville. Jody n’avait que trois ans lors de cette tragédie. Le fils de l’assassin, Collin, en avait sept. Depuis, lui et sa mère ont vécus en parias. Jusqu’à ce que Collin, devenu avocat, parvienne à faire libérer son père. Mais avec le retour de ce dernier, la ville entière va s’embraser, et les langues se délier…
Que s’est-il vraiment passé cette nuit-là ? Pourquoi n’a-t-on jamais retrouvé le corps de la mère de Jody ? Elle et Collin, ennemis héréditaires, pourront-ils refermer cette blessure qui a détruit leur vie ? »

Mon avis: C’est un livre qui, j’avoue, ne me tentait pas plus que ça au début, étant donné que c’était un policier et que je n’en suis pas spécialement fan… Mais quel erreur d’avoir pensé ça ! Ce livre est pour moi un véritable coup de coeur. La plupart des personnages sont attachants, d’autre carrément détestables et d’autres encore nous déçoivent… A travers la narration, nous suivons chacun d’eux vingt-trois ans plus tôt -lors de cette nuit d’orage qui a détruit ces deux familles- et dans le présent -lorsque l’homme accusé des meurtres est remis en liberté. L’histoire revient au présent après la découverte du corps du père de Jody, mais il nous manque des informations majeures qui nosu font nous poser des questions: que faisaient certains personnages au moment du meurtre ?
Ce roman cible avant tout deux familles : celle de Jody – les victimes – et celle de Collin – les coupables. Nous vivons certains moments en leur compagnie, et nous nous rendons compte du fait que deux familles soient réellement détruites par ce drame. Bien entendu, celle de Jody est dévastée par la tristesse et la colère… Mais celle de Collin est tout aussi affectée. Son père en prison pour meurtre, Collin devient détesté de ses amis et se retrouve seul. Plus personne n’adresse la parole à sa mère. La femme et l’enfant n’ont rien fait, mais se retrouvent du jour au lendemain sans personne à qui parler, sans personne sur qui compter.
Malgré le fait que ces familles sont censé se détester, c’est la grand-mère de Jody qui va essayer d’arranger les choses en parlant publiquement à cette pauvre femme, en essayant de faire comprendre aux autres qu’elle n’y est pour rien si son mari a fait ce qu’il a fait, et qu’il ne fallait pas l’en punir. Là vont se rencontrer Jody et Collin, présent dans le magasin lors de cet évènement. Sans connaître l’identité de l’autre, ils vont jouer et rire pour la première fois depuis longtemps ensemble. Plus tard, lorsqu’ils sauront, ils s’éviteront au lycée, mais continueront de penser l’un à l’autre… Jusqu’à se retrouver…
Un roman policier, mais pas que: c’est aussi une histoire pleine de sentiments… Nous voyons à quel point le père de Jody les aime, elle et sa mère, on voit comment chacun des hommes de la famille s’entaident, combien la grand-mère de Jody déborde d’affection pour chaque membre de sa famille…
Bien sur, lorsque j’ai appris la vérité, j’ai été choqué, parce qu’on ne s’attend vraiment pas à ça.

Enfin. Un coup de coeur que je vous conseille vivement !

Citations: « Le bonheur est précieux, fragile et suspect. » ; « Le simple fait de pouvoir l’appeler sa femme le rendait heureux » ; « La fillette avait la bouche entrouverte, mais son visage était vide de toute expression, à part cette morne résignation qu’on lit parfois sur le visage d’un adulte vaincu mais qu’on ne devrait jamais trouver sur celui d’un enfant de trois ans. »

Et d’autre dans le Carnet de citations !

Le ciel est partout – Jandy Nelson

Image

Résumé: Un amour brûlant,
une perte dévastatrice,
Lennie lutte pour trouver sa propre mélodie.
Alors que Bailey, sa soeur, sa meilleur amie,
vient de mourir, comment continuer ?
A-t-elle le droit de plaire, elle aussi ? De désirer Toby ?
D’être heureuse sans Bailey ?
Et comment ose-t-on rire encore ?
Parfois, il faut tout perdre pour se retrouver…

Un hymne à l’amour, à la vie,
à la musique et à l’écriture ! 

Mon avis: La première fois que j’ai lu ce livre, ça a tout de suite été le coup de coeur… Et pour une deuxième fois aussi ! Le livre m’a autant transporté que la première fois, d’ailleurs je ne m’en souvenais plus trop, donc je suis de nouveau rentrée dans le suspens de Toby ou Joe ?
Dans cette histoire, nous suivons Lennie, une jeune fille de 17 ans qui chercher à faire le deuil de sa soeur, Bailey… Mais pas que. Nous vivons avec aussi Lennie son histoire d’amour avec Joe Fontaine, et son désir pour Toby, le petit ami de Bailey. A travers cette période difficile de deuil, Lennie va se poser énormément de questions comme par exemple « Ai-je le droit d’être heureuse sans ma soeur ? » auxquelles elle va répondre, petit à petit, avec l’aide de Manou (sa grand-mère), Big (son oncle), Sarah (sa meilleur amie), Toby et Joe… Une histoire d’amour, de deuil, de musique… A ne pas manquer !

A travers ce livre, l’auteur arrive très bien à nous mettre à la place de Lennie, ce qui nous fait nous poser les même questions qu’elle, à se mettre dans sa situation et à se dire « Et moi, qu’est-ce que je ferais ? » Les personnages sont tous très attachants: Lennie, c’est à travers elle que nous vivons l’histoire, Manou, qui, nous l’apprenons avec Len, a en réalité perdue deux filles, Big, le tonton dragueur aux experiences folles, Toby, qui a perdue sa futur femme ainsi que son futur bébé, et Joe, qui a eu une dernière relation amoureuse désastreuse…
Le style d’écriture est vraiment bien, j’adore ! C’est d’ailleurs quelque chose d’important pour comprendre le caractère de Lennie. Il y a des expressions rigolotes comme par exemple: « Nos langues sont tombées dingues amoureuses l’une de l’autre, se sont mariées et envolées pour Paris« , , et on est toujours dans l’action. Pas de tonnes de descriptions (Ouf !) et tout ce qui rend un récit ennuyeux.
Donc comme je le disais, un coup de coeur (encore) pour moi sur ce livre.

Citations: « Et si la musique était ce qui s’échappe du coeur lorsqu’il se brise ? » ; « Pendant un moment, serrée dans ses bras, si proche de son coeur, j’écoute le vent se lever et je me dis qu’il pourrait nous soulever de terre et nous  emporter avec lui. » ;   » Parfois, il faut s’armer de courage pour franchir les épreuves seules, à sa manière. »
Et d’autres dans mon Carnet de Citation ! 🙂

Notre Dame de Paris – Victor Hugo

Image

Résumé: « Dans le Paris du XVe siècle, la belle Esméralda fait battre le coeur de tous. Mais la jeune bohémienne n’a d’yeux que pour le capitaine Phoebus. Enlevée par l’archidiacre Frollo qui la convoite, sauvée par Quasimodo, le sonneur de cloches difforme, elle sera finalement accusée de sorcellerie, puis pendue. »

Mon avis: C’est un livre que j’ai toujours voulu lire, car depuis toute petite, je suis fan de l’histoire d’Esméralda. Enfant avec « Le Bossu de Notre-Dame », puis vers 8 ans avec la comédie musicale que j’ai regardé (et regarde encore) en boucle… C’était pour moi un livre inévitable. Et je ne suis pas déçue. Pour cette critique, je vais surtout faire des comparaisons avec la comédie musicale.

Pour les personnages, j’en ai découvert de nouveaux qui n’apparaissent pas dans la comédie musicale comme La Recluse, qui joue un rôle important puisque c’est la mère d’Esméralda. Il faut avouer que dès le début, on s’en doute. Un personnage qui à connu une souffrance terrible en perdant sa fille et qui revit cette souffrance en la retrouvant juste avant qu’elle ne soit pendu. C’est le chapitre qui m’a le plus marqué…
Ensuite nous avons Pierre Gringoire. Alors là, je doit avouer que j’étais totalement sous son charme dans la comédie musical (joué par Bruno Pelletier) et j’ai été déçu de le re-découvrir totalement différent dans le livre. C’est en fait un lâche auquel on ne s’attache pas du tout.
Pour le capitaine Phoebus, on ne sait pas vraiment s’il croit comme les autres au fait que ce soit Esméralda qui le poignarde, mais on le devine, puisqu’il ne fait rien pour la sauver…
Frollo, lui, est toujours aussi méprisable. Un prêtre amoureux qui préfère faire pendre Esméralda pour ne pas continuer à être attiré par elle.
Du côté de Quasimodo, j’ai été plutôt déçu de voir qu’il était totalement décris comme un monstre dans le livre pas mal de temps. De plus, il est sourd, ce qui n’apparaît pas dans la comédie musicale. On sent sa souffrance d’aimer Esméralda mais de savoir que jamais elle ne l’aimera, trop laid pour une fille si belle. C’est au final le seul personnage masculin qu’on apprécie, car c’est lui qui sauve la belle Esméralda, la protège pendant des semaines et au final va mourir à ses côtés.
Esméralda… On sent l’admiration que tous lui portent juste à travers l’écriture d’Hugo, où l’on sent une profonde sympathie. Bien évidemment, on ne veut pas qu’elle soit pendue, on voudrait qu’elle reste avec sa mère lorsqu’elle la retrouve… Mais celle-ci, trop amoureuse de Phoebus, se rend presque en l’entendant passer devant la prison de sa mère qui la cache.
Et pour finir, Djali, la chèvre aux cornes et sabots d’or. Moi qui adore les animaux, je suis tout de suite tombée sous son charme ! Apparemment rigolote et très intelligente, elle m’a vraiment beaucoup plus. On ne sait pas ce qu’elle devient à la fin, mais on suppose qu’elle est sauvée.

Côté écritue, c’est un roman du 19eme donc différent de ce que l’on peut lire aujourd’hui, j’ai eu besoin de mon petit temps d’adaptation. x) Mais ça n’a pas été trop difficile, car j’avais pris la version abrégée pour ne pas me perdre dans les descriptions etc. Malgré tout, c’est un coup de coeur et je le relirai surement, j’essayerai la version complète cette fois ! 😉

Citations: « Or, donner la grosse cloche en mariage à Quasimodo, c’était donner Juliette à Roméo. » ; « Je ne crois pas qu’il y ait rien au monde de plus riant que les idées qui s’éveillent dans le coeur d’une mère à la vue du petit soulier de son enfant.
Mais quand l’enfant est perdu, le joli soulier brodé n’est plus qu’un instrument de torture qui broie éternellement le coeur d’une mère. C’est toujours la même fibre qui vibre, la fibre la plus profonde et la plus sensible; mais au lien d’un ange qui la caresse, c’est un démon qui la pince. » ; « Il y a des moments où les mains d’une femme ont une force surhumaine.« 

L’Eau des Anges – Béatrice Egémar

Image

Résumé: Douceline est née en Provence, au XIVème siècle, dans la ville de Grasse, décimée par la peste. Auprès de son père apothicaire, elle apprend à reconnaître les vertus des plantes et à les distiller pour confectionner des eaux de fleurs. Elle se prend de passion pour les senteurs et les parfums. Bientôt, son talent ne fait plus de doutes.

Alors que sa famille envisage de la marier au fils d’un riche marchand, Douceline est bien décidée à choisir son propre destin. Emportant quelques flacons de son premier parfum, elle quitte sa ville natale pour la foire de Beaucaire, où elle souhaite faire connaître ses créations.
Mais l’aventure n’est pas sans risques, la guerre de Cent Ans rend les routes incertaines. Echappera-t-elle aux périls du voyage pour vivre enfin son art ? Et trouvera-t-elle le bel Angelo, ce jeune Génois qui a su gagner son cœur ?

Mon avis: L’Eau des Anges est un livre très simple mais aussi (et surtout), très agréable à lire. Une fois le nez dedans, je n’arrivais plus à m’arrêter… Pourtant au début, j’étais un peu douteuse. Déjà, l’histoire se passe au XIVème siècle, et n’étant pas très « histoire », j’avais peur de tomber sur quelque chose qui ne me plairait pas… Mais ce fut l’effet inverse ! C’est d’ailleurs tout ce qui fait le charme à ce roman. J’ai particulièrement aimé la communication entre les personnages, les vieux termes utilisés comme « ma mie »… Rien que ça, j’avais envie d’y être. Les gens ont l’air si aimables, si agréables par apport à la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui ! 

Après, le titre comportait le mot « anges », et j’ai eu peur d’en trouver de partout dans le livre. A petite dose, pourquoi pas, mais beaucoup, on s’en lasse. Mais en fait, pas du tout. On comprend dans les 50 premières pages il me semble, que c’est en fait un « message secret », ou un « code » qui cache en réalité une histoire d’amour.
A travers ce livre, j’ai découvert un métier d’époque : « apothicaire », et j’ai vraiment adorée. Un travail de plantes, de confections, de médecines… Un sujet vraiment passionnant, et encore plus avec une jeune héroïne plus que passionnée par son travail ! En lisant ce livre, je m’imaginais dans un jardin, les narines pleines de bonnes odeurs… Hum !

Pour finir, l’histoire était très entrainante, les personnages attachants… Malgré tout, la fin va trop vite à mon gout : j’aurais aimé plus de détails sur la vie de Douceline et Angelo après…
En tout cas, j’ai hâte de lire le tome 2, en espérant qu’il soit aussi bien que ce premier tome !

Si je reste / Là où j’irai – Gayle Forman

Image

Résumé: Mia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle.

Quand, un jour, tout s’arrête. Tous ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture… Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout. Transportée à l’hôpital, elle assiste à la ronde de ses proches, aux diagnostics des médecins. Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d’avant, imagine sa vie d’après. Sortir du coma, d’accord, mais à quoi bon ? Partir, revenir ? Si je reste…
Mon avis: Waou !! Je ne sais pas quoi dire d’autre… La fin m’a particulièrement plu, on sent l’hésitation de Mia entre rester en vie ou se laisser mourir… Et à l’instant ou l’on comprend ce qui se passe, la situation change et on se retrouve dans le cas contraires… En plus de ça, on s’attache à Mia, et au couple « Mia/Adam ». Une histoire d’amour dans un roman tragique… Vraiment, c’est un coup de coeur.
Citation: « Si je reste. Si je vis. C’est moi qui décide. »

ImageRésumé: Adam est une rock star adulée dont la réputation sulfureuse attire les paparazzi. Un jour de dérivé à New York, il tombe en arrêt devant des yeux noirs sur une affiche. Les yeux de Mia, son ancienne petite amie. Devenue une violoncelliste virtuose, la jeune fille donne ce soir un concert au Carnegie Hall.

Trois ans plus tôt, Mia est partie sans un au revoir, sans une explication. Leurs retrouvailles sont un choc: les souvenirs bons et mauvais resurgissent, les sentiments encore à vifs les submergent, leur amour qu’ils pensaient indestructibles se heurtent à la réalité de leurs vies.
Peut-on revivre une passion, malgré les cicatrices du passé ? La musique emporte Mia et Adam dans un tourbillons d’émotions. Est-ce suffisant pour les réunir de nouveau ?
Mon avis: Ce livre se passe dans un temps presque aussi court que dans si je reste…, et l’histoire est toute aussi belle. Entre les deux livres, trois ans nous séparent, et on voit comment les deux personnages ont évolués l’un sans l’autre et comment ils se retrouvent… Ce deuxième tome est aussi un coup de coeur.

Ensemble, c’est tout – Anna Gavalda

[ Coup de ♥ ]
Image

Résumé: Camille dessine. Dessinait plutôt, maintenant elle fait des ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Frank, cuisinier de son état, dont l’existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Paulette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l’idée de mourir loin de son jardin.

Ces quatre là n’auraient jamais dû se rencontrer. Trop perdus, trop seuls, trop cabossés… Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l’amour – appelez ça comme vous voudrez -, va se charger de les bousculer un peu.
Leur histoire c’est la théorie des dominos, mais à l’envers. Au lieu de se faire tomber, il s’aident à se relever.
Mon avis: Je l’ai lu il y a un moment… Mais je me rappelle avoir été transportée par l’histoire. Le style d’écriture d’Ana Gavalda est magique. On s’attache très vite aux quatre personnages. Livre vraiment magnifique.
 Citation: « Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est leur conneries, pas leurs différences… »